BUSINESS

Test Haibike Trekking 6 High : un vélo électrique tout chemin très polyvalent

Test Haibike Trekking 6 High : un vélo électrique tout chemin très polyvalent


Haibike est un fabricant de vélos allemand. La marque s’est construite en tant que gamme sportive de Winora, avant de devenir une marque à part entière. Aujourd’hui, Haibike propose des VTT et VTC musculaires et électriques. L’entreprise fait partie du groupe Accel qui compte des marques comme Ghost et Lapierre.

Le vélo à assistance électrique Trekking 6 s’inscrit au centre de la gamme de vélos de randonnée de Haibike. Son cadre est décliné en trois versions : High (que nous testons ici), Mid (cadre semi-ouvert) et Low (cadre bas/ouvert). Hormis cette différence de cadre, tous les Trekking 6 s’appuient sur un moteur Yamaha PW-ST (70 Nm, 250 W), une batterie de 630 Wh et une transmission Shimano Deore.

Vendu entre 3000 € et 3200 €, le Haibike Trekking 6 constitue un vélo électrique tout chemin assez intéressant sur le papier, compte tenu de sa fiche technique. Les transmissions Deore de Shimano sont de plus en plus rares, même à ce tarif.

Note de la rédaction: 5 sur 5

Confort et ergonomie

Le Trekking 6 High est la déclinaison de ce modèle à cadre fermé. En effet, ce dernier compte un tube supérieur presque à l’horizontale. Logiquement, cette version est celle qui offre la meilleure rigidité parmi les 3 proposées (fermée, semi-ouverte, ouverte). Le cadre en aluminium offre des sections assez larges, à tel point que l’on pourrait presque prendre ce modèle pour un VTT.

Le cintre particulièrement large de 72 cm est un autre atour que l’on pourrait trouver sur un VTT. Cela permet au Trekking 6 d’offrir une bonne stabilité, même sur des chemins un peu difficiles. En revanche, cette largeur sera plus un frein à l’utilisation du Trekking 6 dans un cadre urbain où l’on peut être amené à se faufiler entre des véhicules. Mieux vaut garder à l’esprit que ce vélo électrique Haibike est plus à l’aise dans les grands espaces.

L’utilisation de pneus WTB Groov-E de 27,5 pouces de diamètre et 2,4 pouces de large s’inscrit dans cette même orientation. Ainsi chaussé, le Trekking 6 reste à l’aise sur route comme sur les chemins. Si vous comptez vous aventurer sur des terrains un peu plus engagés, mieux vaudra opter pour une paire de gommes plus accrocheuses cependant. Le volume d’air important des pneus continental du VTC de Haibike en fait un vélo confortable en ville, même sur des pavés et sur les chemins.

Le confort est appuyé par la présence d’une fourche Suntour Nex 25. Son ressort en acier offre un débattement de 63 mm. Pas de quoi envisager des chemins trop cassants, mais cela reste appréciable. L’amortisseur peut être bloqué, mais l’intérêt est ici minime.

Dommage que Haibike n’ait pas opté pour une tige de selle suspendue pour améliorer le confort du séant. La selle en revanche offre un profil sportif intéressant et se montre agréable, même pendant de longues sorties. L’approche peut paraitre un peu ferme au premier abord, mais ce type de selle est beaucoup plus conseillé lors des longs trajets et favorise le pédalage. Les pédales, justement, sont larges et accrocheuses, idéales pour affronter la plupart des terrains et des climats.

Car contrairement à un Winora Sinus 9 qui mise sur le confort et une position de conduite plus relevée, le Trekking 6 pousse à plus de dynamisme. On se retrouve plus penché vers l’avant, les paumes campées sur un guidon aux poignées ergonomiques confortables. La potence du Trekking 6 High ne peut pas être réglée pour ajuster la position de conduite, ce que permet en revanche la potence du modèle Low.

Dans l’ensemble, les finitions du vélo électrique allemand sont très satisfaisantes. L’intégration du moteur, de la batterie et des différents câbles est appréciable. La batterie de 630 Wh est logée dans le tube diagonal et peut être sortie facilement en ôtant le cache en plastique qui la protège puis en utilisant la clé fournie pour déverrouiller la serrure.

Le Haibike Trekking 6 High est livré avec un porte-bagage capable de supporter 25 kg. Des garde-boue sont également au menu. Ces derniers font un bon travail, même si celui qui recouvre la roue avant aurait pu descendre un peu plus bas pour protéger les chaussures. En l’absence de carter de chaine, il faudra veiller à ne pas graisser son bas de pantalon.

L’éclairage d’un vélo de randonnée est particulièrement important. En s’aventurant hors des villes et leur éclairage nocturne, mieux vaut être équipé d’un phare capable de se faire voir, mais également d’éclairer efficacement devant soi. Haibike utilise pour cela un éclairage Skybeamer affichant 150 lumens et un faisceau suffisamment large.

Note de la rédaction: 4 sur 5

Conduite

Le profil du Trekking 6 invite à s’éloigner des villes et à s’élancer à l’assaut des chemins et sentiers. Son moteur Yamaha PW-ST de 250 W développe 70 Nm de couple, de quoi grimper facilement et à bonne allure la plupart des difficultés rencontrées.

Le moteur déploie son assistance sur 5 niveaux (Off, Eco, Standard, High et Auto). Le changement de mode s’opère très simplement grâce aux commandes qui tombent sous le pouce de la main gauche. Le mode High est celui qui délivre la pleine puissance du moteur, mais il n’est pas pour autant violent et peut s’utiliser aussi bien en ville qu’en côte. Les démarrages sont souples et l’accélération progressive.

L’écran du système Yamaha est grand et affiche une beaucoup d’informations utiles : vitesse instantanée, distance parcourue, niveau de batterie, estimation de l’autonomie, horloge, cadence de pédalage… Une liste particulièrement complète qu’il est possible de raccourcir dans les paramètres si l’on ne trouve pas d’utilité à l’une de ces données. Dans l’ensemble l’écran est parfaitement lisible, même en plein soleil. La luminosité peut être réglée dans les paramètres.

La sensation au pédalage est très naturelle dans l’ensemble. L’utilisation du mode automatique permet au système de choisir le meilleur mode d’assistance en fonction de plusieurs paramètres (pression sur les pédales, cadence, vitesse…) ; plus besoin de se poser la question à l’approche d’une côte. Ce mode fonctionne bien dans l’ensemble et permet de se concentrer uniquement sur le passage des vitesses.

La transmission, justement, est un point de satisfaction. Haibike a fait appel à Shimano et son système Deore (dérailleur M4120, manettes M4100, cassette CSM 4100 11-42) pour une transmission par chaine. Le marché étant très tendu, il est devenu rare de trouver un tel niveau de gamme à ce prix. Le Trekking 6 profite d’une certaine souplesse au passage des vitesses et d’une réactivité appréciable.

Il est également à noter que le Trekking 6 High peut rouler au-delà des 25 km/h de son assistance sans trop de problèmes. Rouler à 27 ou 28 km/h sur le plat se fait sans trop d’efforts et les relances en descente sont également autorisées. L’esprit plutôt sportif du vélo allemand ressort assez bien grâce à ce couple moteur / transmission.

Le choix de pneus relativement lisses, mais plutôt larges, est un bon compromis pour conserver un rendement correct. Il conviendra de les gonfler en adéquation avec la surface principale de votre trajet, ou la plus exigeante. Encore une fois, il pourra être opportun de choisir des gommes plus orientées trekking ou gravel, en fonction de votre usage.

Le Trekking 6 s’appuie sur des freins à disque hydrauliques Tektro qui travaillent correctement. Les disques de 180 mm de diamètre sont adaptés à un usage tout-chemin. Nous aurions tout de même apprécié des leviers un peu plus courts, plus facilement manipulables à 1 ou 2 doigts.

Note de la rédaction: 5 sur 5

Autonomie

Si Bosch propose désormais des batteries de 750 Wh pour les vélos électriques équipés de ses moteurs, Yamaha se contente pour l’heure de 630 Wh. De quoi déjà offrir de belles promesses d’endurance aux gros rouleurs. Le Haibike Trekking 6 High ne nous a clairement pas déçus sur ce point puisque nous avons pu rouler 88 km sur une seule charge. Une valeur d’autant plus appréciable que le parcours comptait pas moins de 1200 m de dénivelé positif. Une très belle performance en somme. Comme d’habitude, nous n’avons roulé pour ce test d’autonomie qu’en mode d’assistance le plus élevé et en tâchant de faire travailler au maximum le moteur.

En utilisant un mode d’assistance moins gourmand et sur un terrain moins vallonné, il sera possible de dépasser aisément les 110 ou 120 km. De quoi envisager de belles sorties, ou du moins ne pas trop se soucier de la recharge de la batterie. Notez également que ce test a été réalisé par un cycliste de 65 kg, par des températures clémentes. Le froid et un passager plus lourd ou plus chargé auront un impact négatif sur l’autonomie.

La batterie peut être libérée facilement de son emplacement, mais reste sécurisée par une serrure à clé. Libre à l’utilisateur du Trekking 6 de charger la batterie directement sur le vélo ou de la recharger à part. Il faudra en revanche se montrer plutôt patient pour une charge complète puisqu’il faut compter un peu plus de 5 heures pour remplir les 630 Wh avec le chargeur fourni de 4 A.

Leave a Comment