BUSINESS

Prix de l’énergie : pourquoi il faut (vraiment) surveiller les mails de votre fournisseur

La Première ministre a assuré que si les Français faisaient 10 % d


L’opérateur Ohm Energie serait au cœur d’une procédure lancée par la Commission de régulation de l’énergie. La CRE le soupçonne d’avoir réalisé des marges excessives à la revente d’électricité nucléaire achetée à un prix raisonnable à EDF. (Illustration/AdobeStock)

Le gouvernement multiplie actuellement les appels à l’économie d’énergie. Des consommateurs, qui n’ont pas consommé plus, eux, hurlent. Ils viennent de recevoir un courrier ou un mail de leur fournisseur d’électricité qui leur apprend que leurs tarifs vont augmenter, et ce, sensiblement.

Interrogé par Actu.fr, le médiateur national de l’énergie, Olivier Challan Belval, confirme la « hausse des litiges » sur ce sujet, et rappelle la règlementation : « Les consommateurs au tarif réglementé de vente de gaz ou d’électricité ainsi que ceux ayant un contrat à prix fixe ou à prix indexé sur les tarifs réglementés sont protégés par le bouclier tarifaire mis en place par le Gouvernement. En revanche, ceux ayant un contrat à prix indexé sur les marchés, auprès des fournisseurs alternatifs, ne le sont pas… »

Certains fournisseurs ont modifié le prix ou le mode d’évolution des prix de contrats en cours. Ils ont le droit de le faire, sous certaines conditions, notamment d’informer au minimum un mois à l’avance, de façon claire et compréhensible.

Olivier Challan BelvalMédiateur national de l’énergie

« Il est probablement préférable de changer de contrat »

Sa recommandation est simple : « Il faut être très vigilant sur les messages reçus de son fournisseur, que ce soit des courriers ou des mails. S’il est indiqué une « évolution des prix ou du contrat », il est nécessaire de comparer les nouveaux prix aux offres disponibles à la souscription. Il est probablement préférable de changer de contrat », insiste Olivier Challon Belval.

Les contrats indexés sur les prix de gros

Si vous avez choisi un fournisseur alternatif, un contrat indexé sur les prix de gros, votre facture peut effectivement s’envoler. À tel point que certains opérateurs suggèrent même à leur client de partir ! Et c’est la seule bonne nouvelle : il existe une règle applicable à tous : on résilie quand on veut et sans préavis son contrat d’électricité.

Si votre fournisseur habituel se met à pratiquer des prix très haut en ce moment, c’est qu’il subit la hausse des tarifs de gros de l’énergie et qu’il vous les répercute. Dans ce cas, bien souvent : direction EDF (ses tarifs règlementés, le bouclier tarifaire…) qui reçoit actuellement un afflux d’appels. Encore faut-il savoir que votre facture va grimper !

Deux retraités voient leur facture doubler

En France, une autre partie du prix est déterminée par l’Arenh (accès régulé à l’électricité nucléaire historique). Il permet à tous les fournisseurs d’électricité de s’approvisionner en électricité produite par les centrales nucléaires à un prix réglementé. 

Dans l’Eure, par exemple, Sylvie et Yves Fourcin, retraités à Montfort-sur-Risle, ont appris que leur facture d’électricité allait augmenter de plus de 50 % à partir du mois de septembre, raconte L’Éveil de Pont-Audemer. « Ancienne mensualité : 583,98 euros. Nouvelle mensualité : 902,71 euros ». Soit une hausse de plus de 55 %.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Explication ? Le fournisseur justifie cette hausse par « le marché de l’énergie qui fait face à une situation exceptionnelle et inédite. » L’argument semble rapide.

Une procédure engagée contre un fournisseur

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a annoncé ce vendredi 9 septembre 2022 avoir lancé une procédure contre leur fournisseur, Ohm Energie, fondé en 2018 et qui revendique 250 000 clients.

L’autorité indépendante, présidée par l’ancienne ministre Emmanuelle Wargon, soupçonne l’opérateur d’avoir acheté de l’électricité nucléaire issue de l’Arenh, accès régulé à l’électricité nucléaire historique, et de l’avoir revendue sur les marchés à un tarif supérieur.
Des faits contestés par Ohm Energie, qui assure n’avoir « jamais revendu le moindre kilowattheure de l’Arenh sur les marchés », selon son président, François Joubert, un ancien ingénieur d’EDF.

« On essaie de faire porter le chapeau aux [fournisseurs] alternatifs, alors que les autorités ont une obligation de neutralité. (…) La responsabilité de la crise n’est pas à chercher chez les alternatifs, mais plus dans une indisponibilité catastrophique du nucléaire », a-t-il réagi auprès de l’AFP.

Il y a quelques jours, la CRE avait annoncé renforcer sa surveillance des marchés, en appelant les fournisseurs « à adopter un comportement responsable », en pleine flambée des prix de gros.

D’autres procédures pourraient suivre…  

Infos pratiques
Pour faire le choix (ou non) de quitter son fournisseur, un comparateur officiel est notamment disponible sur le site energie-info.fr. Des associations peuvent aussi vous accompagner pour vous aider ou vous conseiller si vous cherchez à y voir clair : l’UFC que choisir et ses antennes locales dans toute la France.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Comment