L’infection au COVID-19 augmente le risque de caillots sanguins graves 3 à 6 mois plus tard : étude

L'infection au COVID-19 augmente le risque de caillots sanguins graves 3 à 6 mois plus tard : étude
Written by admin

Les patients avaient un risque accru de développer des caillots dans leurs jambes ou leurs poumons.

Être infecté par le COVID-19 augmente le risque de développer de graves caillots sanguins, selon une nouvelle étude.

Une équipe internationale de chercheurs de Suède, du Royaume-Uni et de Finlande a comparé plus d’un million de personnes en Suède avec un cas confirmé de virus entre février 2020 et mai 2021 à 4 millions de patients témoins dont le test était négatif.

Ils ont découvert que trois à six mois après avoir contracté le COVID-19, les patients présentaient un risque accru de recevoir un diagnostic de caillots sanguins dans les jambes ou les poumons, selon les résultats publiés mercredi dans la revue BMJ.

Plus précisément, les patients présentaient un risque accru de 4 % de thrombose veineuse profonde, un caillot sanguin qui se forme profondément dans la cuisse ou la partie inférieure de la jambe, jusqu’à trois mois après une infection au COVID-19.

Les patients avaient également un risque accru de 17% de développer une embolie pulmonaire, un caillot qui se développe dans un vaisseau sanguin et se rend dans une artère pulmonaire, jusqu’à six mois après avoir contracté le virus.

L’équipe a déclaré que ses résultats s’ajoutent à un ensemble croissant de preuves sur le lien entre le COVID-19 et les caillots sanguins graves, tout en ajoutant de nouvelles informations sur la durée du risque.

“Les résultats actuels ont des implications politiques majeures”, ont écrit les auteurs, ajoutant que le rapport “renforce l’importance de la vaccination contre le COVID-19”.

Ils ont également déclaré que les résultats suggèrent que les patients COVID-19 – « en particulier les patients à haut risque » – devraient prendre des médicaments anticoagulants, qui sont des médicaments pour aider à prévenir ces caillots.

Au cours de la période d’étude, l’équipe a vu 401 cas de TVP parmi les patients COVID-19, contre 267 cas parmi les patients négatifs.

Pendant ce temps, il y avait 1 761 cas d’EP parmi les patients infectés par le virus, contre 171 cas parmi les patients témoins.

Les patients COVID-19 étaient plus à risque de caillots sanguins s’ils avaient des conditions sous-jacentes, avaient un cas grave de virus ou s’ils avaient été infectés lors de la première vague de la pandémie au début de 2020.

Cependant, il n’y avait pas seulement un risque de caillots sanguins. L’étude a également révélé un risque accru de tout type de saignement jusqu’à deux mois après une infection au COVID-19.

L’équipe a noté qu’il y avait des limites, notamment que l’étude était observationnelle plutôt qu’un essai contrôlé randomisé.

De plus, les chercheurs ont reconnu que la coagulation chez les patients atteints de COVID-19 pouvait être sous-diagnostiquée et que les informations sur le statut vaccinal des patients n’étaient pas disponibles.

Bien que le risque de caillots sanguins à la suite d’infections au COVID-19 soit bien documenté, on ne sait pas quels mécanismes biologiques sont en jeu. Cependant, il existe des théories.

Une étude de Michigan Medicine et du National Heart, Lung and Blood Institute des États-Unis a suggéré que les anticorps « voyous » d’une infection au COVID-19 font perdre aux cellules sanguines leurs propriétés anticoagulantes.

Une autre étude de la Yale School of Medicine a suggéré que des protéines spécifiques sont produites par les cellules endothéliales – les cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins – en raison de l’inflammation du virus et conduisent à des caillots sanguins.

“Il reste à établir si l’infection par le SRAS-CoV-2 augmente davantage le risque de thromboembolie veineuse ou d’hémorragie que pour les infections respiratoires, comme la grippe, mais aussi si la période de [anticoagulation medicine] après COVID-19 devrait être prolongé », ont écrit les auteurs.

Le Dr Raffaele Macri a contribué à ce rapport.

.

Leave a Comment