BUSINESS

comment les Français consomment-ils différemment le gaz et l’électricité ?

comment les Français consomment-ils différemment le gaz et l’électricité ?


Les Français se chauffent différemment. Face à la crise énergétique, le gouvernement a réuni ce vendredi 2 septembre un Conseil de défense pour faire un point sur l’approvisionnement en gaz et en électricité et pour étudier les scénarios afin d’éviter les coupures cet hiver.

Dans ce contexte de crise, nous nous plongeons dans les chiffres de la consommation d’électricité et du gaz par territoire dans l’Hexagone, afin de mieux comprendre nos habitudes énergétiques. Une grande disparité est observée : ce sont les habitants du Sud-Est qui consomment le plus d’électricité, et quant au gaz, le Nord-Est est le plus gros consommateur.

Lire aussi : Gaz, électricité… Agnès Pannier-Runacher fait le point après le Conseil de défense sur l’énergie

Le Sud-Est paye plus d’électricité, le Nord-Est plus de gaz

Cela peut surprendre, mais c’est dans le Sud-Est, que la consommation d’électricité est la plus élevée dans l’Hexagone : les habitants des Hautes-Alpes et des Alpes-de-Haute-Provence affichent en effet la facture d’électricité la plus lourde.

En 2020, dans le cadre de la consommation résidentielle, environ 3,5 MWh (mégawattheure) d’électricité sont utilisés par habitant, dans ces deux départements, selon les données d’Agence ORE, une association créée par l’ensemble des gestionnaires de réseaux qui rend ces données publiques.

Les départements voisins sont à peine moins énergivores : soit 3,4 MWh consommés par habitant dans le Var, 3,1 MWh dans la Vaucluse et la Savoie, 3 MWh dans la Haute-Savoie…

Outre le Sud-Est, la consommation d’électricité est aussi importante dans plusieurs départements de la façade ouest du pays : la Charente-Maritime, la Vendée, les Landes, le Lot, la Dordogne et plus au nord dans la Manche… Dans ces territoires, un habitant y a consommé en moyenne plus de 3 MWh d’électricité en 2020.

Au bas de ce classement, les Franciliens et les nordistes sont les plus économes : en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne, les Hauts-de-Seine, le Val-d’Oise, le Nord et à Paris, la consommation par habitant s’établissait à moins de 2 MWh en 2020.

Le secteur résidentiel représente plus d’un tiers de la consommation finale d’électricité en France, selon un bilan d’EDF établi en 2019. Et parmi tous les usages domestiques, le chauffage pèse le plus, constituant près de 30 % de la consommation électrique dans les habitations.

Une disparité dans la consommation de gaz

Les Français ne consomment pas non plus de la même façon le gaz. Là, la tendance s’inverse.

La Seine-Maritime en est la plus friande, avec plus de 25 MWh de gaz consommé par habitant en 2020. Viennent ensuite la Meurthe-et-Moselle et le Haut-Rhin, où la consommation s’élève à près de 20 MWh par habitant. Le Nord fait partie aussi des plus gros consommateurs avec 14 MWh par personne en 2020.

Du côté des plus gros utilisateurs d’électricité, par exemple le Lot, les Hautes-Alpes et le Var, on constate qu’un habitant y consomme en moyenne moins de 2 MWh de gaz. Bien inférieur que les valeurs des nordistes.

Dans le Nord, le gaz prédomine dans les habitations

Alors, comment l’expliquer ? Cette disparité suit une répartition inégale des combustibles utilisés dans les habitations. Selon l’Insee, les logements du Nord utilisent majoritairement du gaz comme combustible principal. Ainsi, dans de nombreuses communes nordistes, le gaz représente près de 90 % de tous les combustibles utilisés dans les logements.

Pourtant, les différents modes de chauffage n’expliquent pas toutes ces disparités.

Le type – maison ou appartement – et le nombre de pièces dans les logements, le rôle des passoires énergétiques, le niveau de vie par territoire… Malgré tous ces facteurs, il n’en demeure pas moins que les Français ne sont pas tous sur un pied d’égalité pour affronter la crise qui menace cet hiver.

Leave a Comment