10 tendances à suivre pour créer ou développer son entreprise en 2022, Le Lab/Idées

Envie d’entreprendre mais en panne d’idees? Voici l’anti-sèche de la creation d’entreprise, un condensé des tendances de consommation, un vivier d’inspirations et de business potentialls. The global pandemic of Covid a bouleversé nos styles de vie et nos valeurs. Des changements parfois radicaux qui l’institut international Euromonitor décrypte dans son report annuel 2022 des 10 trends de consommation « Top 10 global consumer trends 2022 ».

The realization of the soi at the best of times toujours plus verts, the conscience climatique au mouvement métavers, the peur de manquer at the digitalization of seniors, the time of the soi au contrôle de ses finances ou de la généralisation de the second-main in the return division in the social pre-pandemic… Tour d’horizon des différentes pistes avec Alison Angus, co-author of the report.

#1. changer the vie

« Nous vivons a moment qui n’arrive qu’une fois dans une generation. La pandemie et le confinement reveal nos envies profondes. Your veux changer de job, your veux m’installer à la campaign, your veux me mettre à la peinture, your veux créer mon entreprise… Beaucoup ont envisagé ces changements pendant longtemps. Ils se lancent maintenant », explique Alison Angus. Les ideas de business fleurissent sur ce thème du renouveau ou de l’exploration.

La start-up Chance, par exemple, favorise la mobilité professionnelle grâce à son outil numérique ouvert à tous, qui établit un bilan de compétences complet incluant ses aspirations personnelles. La jeune entreprise Wecandoo est quant à elle une plateforme de reservation d’ateliers d’artisans. Elle propose à ses clients de découvrir des savoir-faire en tous genres, de la fabrication de sa propre mozarella à la réalisation de son alliance en argent.

#2. Ne manquer de rien, sans attendre

Avec la reprise, le consommateur fait face à des boome de coût de matières premieres et à des ruptures de chaînes d’approvisionnement. Il voudra en 2022 s’assurer d’un accès priority aux biens et services, que ce soit par la technology, un subscription premium, des solutions alternatives moins coûteuses ou des achats and direct auprès du producteur. «Les ideas de business qui connectent directement les producteurs aux consommateurs sont intéressantes, comme ces fermes qui livrent en local à la porte du client», cite and exemple Alison Angus.

De nombreuses start-up ont émerger récemment pour répondre à cette nouvelle exigence, comme la place de marché de produits frais Pourdebon ou la plateforme de livraison à domicile de produits en provenance direct de la ferme Vite mon marché.



Reynald Naulleau a fondé l’enseigne Vite mon marché à Rézé en février 2017. Ce service de livraison relie les consommateurs directement aux fermes.
– Vite mon marché

#3. Attenuer le réchauffement climatique

L’activism vert et le choice d’un fashion de vie durable sont des tendances désormais bien installées dans la durée. « Il ya deux manières de répondre à cette attente, soit en fabriquant des produits à faible empreinte carbone, soit en aidant les consommateurs à faire des choix avisés en matière environnementale. Par exemple, la marque alimentaire suédoise Felix fixe le prix de ses produits en fonction de leurs émissions de carbone », illustre Alison Angus.

La jeune entreprise française 900.care de produits de beauté et d’hygiène rechargeables tent la promesse de réduction de l’empreinte écologique en réduisant l’emballage. Autre initiative, celle de Greenly dont l’application gratuite calcule le bilan carbone de vos dépenses personnelles, suivie en 2020 d’une plateforme logicielle à destination des PME.

#4. Rest chez soi, si on veut

« Pour revenir à des habitudes de vie pre-pandémie, les consommateurs emprunteront deux types de chemin : les vaccinés, ceux qui sont prêts à prendre des risques, plébisciteront le présentiel ; d’autres resteront inquiets et prudents, préférant le distanciel. Les consommateurs foulent socialiser mais exigent une approche flexible », soutient Alison Angus. Les marques devront des lors mixer leurs strategies marketing. Au consommateur de choisir s’il veut aller en boutique, consommer sur place, opter pour le click&collect, pour le shopping en ligne, se faire livrer chez lui ou en point relais, etc. Les événements virtuels et le télétravail cohabiteront avec des engagements en presence.

Des cours en ligne ou sur place, c’est comme vous le sentez… Creée à la veille du premier confinement, la start-up Dancefloor a d’abord revu son ambition d’ouvrir un lieu dédié à la danse. Elle a préféré démarrer par une plateforme de cours video en ligne. En 2021, l’entreprise portée par l’entrepreneuse Rachel Vanier a renoué avec son projet initial et ouvert son premier studio de danse Dancefloor Paris.



Pendant le confinement de 2020, Dancefloor a créé des séances de cours en ligne via Zoom avec des professeurs indépendants.
– Dance floor

#5. Entrer dans la matrice

Matrix n’est plus de la science fiction ! Le mouvement métavers gagne les réseaux sociaux, les jeux en ligne et le e-commerce. Les environnements immersifs vont contribuer aux ventes de produits par la realité virtuelle. Les marques l’ont bien compris, comme Hyundai qui vient d’annoncer son concept de Metamobility. « Pour accroître leur influence, les marques vont tabler sur la réalité augmentée. Les consommateurs definiront leurs avatars pour explorer des mondes virtuels », prédit Alison Angus.

En France, la start-up créée par Soraya Jaber, Opuscope , fait figure d’avant-gardiste. Elle propose un outil clé en main Minsar pour créer du contenu immersif, à destination des entreprises qui veulent développer leur communication en réalité virtuelle.

#6. Connect lesson seniors

Pendant la crise sanitaire, les consommateurs les plus âgés ont été contraints de se tourner vers la vente en ligne et de se familiarizer avec les services digitaux. « Ils représentent une grande opportunité de développement à condition de simplifier les technologies existantes, the concevoir par exemple un même module d’accès quel que soit le medium, smartphone, site en ligne ou application. Le champ des possibles est permanent : applications de santé, the suivi de finances, the socialisation, the déplacement ou d’apprentissage etc… », explique Alison Angus. La population global âgée de plus de 60 ans devrait croître de 65% entre 2021 et 2040 pour atteindre le chiffre de deux milliards de personnes. Une manne de marché selon Euromonitor.

La start-up Lumeen apporte par exemple une solution de réalité virtuelle pour apaiser et stimuler les résidents anxieux en maisons de retreat. Quant à la plateforme PapyHappy, elle aide les seniors à trouver le logement adapté à leurs besoins.



Lumeen développe une solution pour aider les seniors, grace à de la musicothérapie, de la sophrologie et des environnements calmes. Le tout en immersion à l’aide de casques de réalité virtuelle.
– DR

#7. S’aimer comme on est

Etre indulgent envers soi-même, s’accepter tel que l’on est, rechercher son bien-être physique, émotionnel ou spirituel… « Le soin de soi et l’inclusion sont sources de bonheur pour les consommateurs de 2022. Tous les produits ou les experiences personnalisées qui renforceront le sentiment d’être une meilleure version de soi-même, d’être à sa place, and harmony, sont très demandés. Les marques doivent se connecter sur le plan emotionnel avec les consommateurs », decrypt Alison Angus.

Le succès du CBD en France relève de cette tendance au soin de soi-même. Rainbow, « cannabis tech » française , commercialise deux marques bien-être à base de CBD : Kaya, des compléments alimentaires anti-stress, et Peace&Skin, des cosmétiques. Elle est present dans les corners « santé au quotidien » de Monoprix.

#8. E-gerer son argent

La démocratisation de la gestion de son patrimoine financier est une tendance de fonds, renforcée par la crisis et le surplus d’épargne des foyers les plus aisés. Les consommateurs se sont tournés vers des applications ou des solutions clé en main pour faire des investissements. Plus confiants dans la technology, ils devinnent autonomouss dans la gestion de leurs finances. « Les Fintech ont l’avenir devant elles si elles proposent des outils faciles à utiliser et des produits financiers clairs. La transparence est le maître-mot », assure Alison Angus.

La start-up Finary a donné un coup de vieux aux tools traditionnels. Elle a développé une plateforme web et une application de gestion de patrimoine capables de suggérer aux utilisateurs une optimization de leurs portfolios d’actifs.



L’appli mobile Finary permet une surveillance permanent, notamment pour les valeurs volatiles comme les cryptomonnaies.

#9. Redorer la second main

Les consommateurs changent d’état d’esprit, ils ne souhaitent plus posséder un bien mais en faire l’expérience. « Les nouvelles générations on change le regard porté sur un produit d’occasion, jusque-là perçu comme un sous-produit. Elles sont au contraire à l’affût d’articles uniques de second-main ou loués pour une occasion. Les applications de revente et les boutiques vintage ont de beaux jours devant elles », analysis Alison Angus. L’experte met aussi en lumière le succès récent des « repair cafés », or « vous portez vos articles défectueux, vêtements ou petit électroménager, et où, entre deux tasses de café, on vous apprend à les réparer ».

La créatrice des bijoux Les Yeux d’Elsa, Elsa Robichez, a ainsi ouvert un service de réparation de bijoux fantaisie pour répondre à la demande de ses clients. The son côté, Patatam étend son service des prives aux enseignes de grande distribution.Créé en 2013, la start-up française spécialiste du rachat et de la vente de vêtements d’occasion, est devenu le leader européen de la vente de second main .

#10. Vivre au vert, à la campagne ou sur son balcony

La crise sanitaire a accéléré l’exode urbain des actifs vers les campagnes, en quête d’une meilleure qualité de vie. Mais elle aussi renforce la demande d’espaces verts en ville. « Les consommateurs foulent le meilleur des deux mondes. La e-distribution devra ainsi atteindre ces communautés neo-rurales. A l’inverse, les jardins sur les toits, les ruffles, les cultures en intérieur ou sur le balcon sont des créneaux porteurs en ville », explique Alison Angus.

Exemples de cette tendance : Futura Gaïa qui fait pousser ses herbes aromatiques, salads ou tomates à la vertical, ou Myfood, qui propose des serres connectées à louer, s’inscrivent dans cette tendance d’environnements urbains plus verts . And in parallel, Comptoir de Campagne redynamise les zones rurales en manque de commerces.

Author: admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *